JOURNEE D'ETUDE

Date

Mardi 19 Avril

Université d’Aix-Marseille, 29 Avenue Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence

Distribution

Intervenants à la journée d'étude et les festivaliers
Claire VIALET MARTINEZ
Faustino NÚÑEZ
Raúl RODRÍGUEZ QUIÑONES
Anne-Sophie RIEGLER
Ana PÉREZ

Organisée par Claire VIALET MARTINEZ
Maître de conférences

Après les premières Journées d’Études “Le temps des letras” exclusivement consacrées au flamenco à Aix Marseille Université (AMU) qui se sont déroulées les 2 et 3 mai 2019 et qui ont été portées par Claire Vialet Martinez, MCF au Département d’Études Hispaniques avec le soutien du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes) et du groupe de travail “Les Ondes du monde”, la nécessité d’organiser une deuxième édition et d’avoir une vision à long terme s’est imposée comme une évidence.

Soucieux de toujours mieux connaître les origines du flamenco tout en revendiquant la fonction vitale de la créativité conjuguée au présent, nous nous proposons d’explorer les rapports entre le flamenco et l’Afrique, de partir à la recherche des traces de cet “ailleurs” et de cet “autre” dans les "letras", dans les rythmes sur lesquels elles sont dites, dans les mouvements du corps…
Si les “cantes de ida y vuelta” bénéficient d’une véritable reconnaissance et connaissance grâce à des études ayant permis de définir leurs contours et le contexte de leur apparition, si l’utilisation de cette expression est largement répandue pour désigner les "palos" nés des échanges entre flamenco et musiques des anciennes colonies espagnoles, si cette histoire assumée a donné lieu à des "letras" parfois “exotiques”, il est dommage que la reconnaissance de l’influence de l’Afrique sur le flamenco soit restée trop longtemps réduite à une afroaméricanité et limitée à certains styles bien identifiables tels que la guajira, la milonga, la vidalita ou encore la rumba… En effet les apports de l’Afrique par un contact direct avec l’Espagne ont certainement été fondateurs et essentiels durant la période d’incubation du flamenco où dès le XVIème siècle gitans, esclaves noirs, juifs, blancs… se rencontrent dans le creuset de l’Andalousie.

Nous nous proposons donc de réunir pour une journée des chercheurs et des artistes dont la diversité des origines permettra de jeter des ponts entre diverses universités et scènes européennes afin de nourrir une réflexion collective qui pourra porter plus particulièrement sur le rôle de la communauté gitane dans l’absorption de l’élément africain, sur la présence ou non de l’africanité dans les "letras", sur la réception actuelle du flamenco en Afrique…


> PROGRAMME <
9h00 : ACCUEIL CAFE

9h30 : INTRODUCTION

10h00 : Conférence inaugurale : Elementos de música africana en el flamenco par Faustino NÚÑEZ
Titulaire d’une Licence et d’un Master de l’Université de Vienne en musicologie, il a donné des cours et des séminaires sur le flamenco dans le monde entier. Violoncelliste et guitariste, il a été directeur musical de la Compagnie Antonio Gades, Président de sa Fondation et producteur discographique et collaborateur, pendant 20 ans, de la compagnie Universal et du service éditorial du Teatro Real de Madrid. Actuellement Directeur du label Deutsche Grammophon à la Universal Music Spain, il a travaillé aux côtés de Javier Barón, Antonio Márquez, Carlos Núñez ou encore Carmen Cortés... Il a été Professeur des Universités en flamencologie au Conservatoire Supérieur de Cordoue entre 2006 et 2017, à l’Université de Cadix (depuis 2018) et à l’ESMUC (2012-2018). Il est également auteur de nombreux livres didactiques et scientifiques sur le flamenco et la musique espagnole. Faustino Núñez est directeur de la série Flamenco para tus ojos de RTVE et professeur de la Section de Flamencologie. En outre, il est l’auteur du site web www.flamencopolis.com et du blog de flamenco "El Afinador de Noticias”.

11h00 : Conférence chantée : AntropoMúsica creativa de los cantes de ida y vuelta par Raúl RODRÍGUEZ QUIÑONES
Anthropologue, musicien sévillan, producteur, auteur-compositeur-interprète, guitariste et inventeur du “Tres flamenco”, Raúl Rodríguez Quiñones est titulaire d’une Licence en Histoire-Géographie et Anthropologie culturelle à l‘Université de Séville. Depuis 1992, il est le guitariste de la chanteuse Martirio, sa mère, mais aussi de Kiko Veneno, Javier Ruibal et de Juan Perro (Santiago Auserón). Il a fondé ses propres groupes : Caraoscura (1992-1995) et Son de la Frontera (2003-2008). En 2014 il sort son premier disque en solitaire Razón de Son, fruit de 20 ans de recherche et d’expériences musicales marquées par le métissage des cultures et le folklore. En 2017, il publie son disque livre La raíz eléctrica où il propose une “AnthropoMusique créative des cantes de ida y vuelta.”, ce qui l’a conduit à faire des recherches et des conférences sur ce sujet.

12h30 : DISCUSSION et PAUSE DEJEUNER

14h30 : Rite lucumi et flamenco: regards croisés sur la transe par Anne-Sophie RIEGLER
Au cours de ses études en philosophie à l'ENS de Lyon, Anne-Sophie Riegler commence la pratique de la danse flamenca, ce qui la conduit à effectuer en master un premier travail de réflexion sur le flamenco, sous la direction de Georges Didi-Huberman (EHESS). Elle effectue à cette occasion un séjour à la Casa de Velázquez à Madrid. Elle approfondit ensuite sa pratique et mène des enquêtes de terrain en France et en Espagne, notamment à Séville où elle vit une année (2010-2011). Le fruit de ses recherches à la fois empiriques et théoriques l'amène à soutenir en 2018 une thèse en philosophie intitulée Les Enjeux d'une esthétique du flamenco. Etude analytique et critique du duende, dirigée par Francis Wolff (ENS Ulm) et Jean-François Carcelén (Université Grenoble 3). Elle se qualifie alors aux fonctions de maîtresse de conférences dans les sections 14, 17 et 18. Ses activités de recherche se partagent actuellement entre l'histoire et l’esthétique du flamenco, la traduction de coplas et la philosophie de la danse. Elle enseigne par ailleurs la philosophie dans le secondaire en filière d'arts appliqués.

15h00 : Dialogue avec une bailaora, Ana Pérez (retour sur l’expérience de la 3ème édition du Festival)

Claire VIALET MARTINEZ
Maître de Conférence au DEHLAM Aix-Marseille Université, membre du CAER. Après une thèse de doctorat consacrée à l’œuvre littéraire de Juan Marsé et plusieurs articles portant sur la littérature contemporaine, elle a décidé de faire converger sa passion personnelle, le flamenco, qui rythme sa vie quotidienne et sa recherche universitaire. Elle s’intéresse plus particulièrement à la dialectique entre transmission d’une mémoire collective/tradition musicale et création personnelle de l’artiste.

Ana PÉREZ
C’est à l’âge de 3 ans qu’Ana Pérez met ses premières chaussures de flamenco. Fille du chorégraphe contemporain Patrick Servius et de Maria Pérez danseuse de flamenco et directrice du centre Solea, Ana grandira sous l’influence de ces deux modèles.
Après sa formation au sein du groupe Grenade de Josette Baïz, elle étudiera auprès des plus grands maîtres du flamenco tels que Pilar Ortega, Adela Campallo ou Andrés Marin à Séville, berceau de cet art traditionnel, où elle vivra pendant huit ans.
Très vite elle intègre les tablaos les plus prestigieux d’Espagne, la Compagnie de Cristina Hoyos et la compagnie flamenco vivo de Luis de la Carrasca avec qui elle parcourt le monde.
En 2017, Ana revient dans sa ville natale à Marseille et crée sa propre compagnie. Elle entame alors un travail de recherche avec la création du solo "Répercussions" ce qui l'amènera à explorer une approche plus contemporaine de sa danse.
Aujourd'hui elle poursuit ses expérimentations en allant toujours plus loin dans le champ des possibles que lui propose sa gestuelle si singulière. Son sens du rythme et la sonorité délicate de ses pieds en font également une musicienne virtuose.

16h00 : Echanges avec la salle et CONCLUSION
Moment convivial à la Maison de l’Espagne, rue Mignet (Aix-en-Provence)

INFORMATIONS I PRATIQUES

Rose.png

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Entrée libre
Silouhette-Azul-2022-petite.png