"Sin Permiso"

Canciones para el Silencio de ANA MORALES

Prix du meilleur spectacle et Prix de la meilleur danseuse à la Biennale de Séville en 2018

Désormais chorégraphe accomplie, Ana Morales ose, sans permission, danser sa liberté. L’ancienne soliste du ballet d’Andalousie obtient avec ce spectacle une double récompense à la biennale de Séville :  le prix de la Meilleure Danseuse et celui du meilleur spectacle.


Née à Barcelone, Ana Morales choisit Séville pour y vivre. Très vite, elle rejoint les plus grands (Andrés Marín, Eva Yerbabuena) et s’impose comme soliste du Ballet Flamenco d’Andalousie avant de se lancer seule en 2010. Coup d’essai, coup de maître, elle est cette année-là la révélation du Festival de Jerez et enchaîne depuis des spectacles plébiscités dans le monde entier.

Longuement mûri au fil de résidences artistiques entre Londres, Düsseldorf et l’Espagne, et conçu avec l’aide du danseur–scénographe Guillermo Weickert, Sin Permiso, aboutissement d’un cheminement exemplaire, est aussi son œuvre la plus intime. Sculpturale, sensuelle, très expressive, fidèle à la tradition et sobrement contemporaine, Ana Morales se souvient ici de son père sévillan émigré en Catalogne.
 
Épure et simplicité sont les attributs d’Ana Morales. Elle nous livre ses souvenirs d’enfance et renoue, corps tendu, avec le fil rompu par l’exil.

Magistral.

DISTRIBUTION

Direction artistique et mise en scène : Ana Morales & Guillermo Weickert.
Chorégraphie : Ana Morales & José Manuel Álvarez
Avec Ana Morales (danse), José Manuel Álvarez (danse), Juan José Amador (chant), Juan Antonio Suarez “Canito” (guitare) & Daniel Suarez (batterie et musique électronique)
Collaboration chorégraphique : David Coria
Régisseur : Jorge Limosnita
Création son et technique : Kike Seco
Création lumières : Olga García (A.A.I)
Décors : Francisco Munzón
Costumes : Pilar Cordero, Lopez de Santos, Belén de la Quintana, Marcela, Cotelac
Collaboration : Michio Woirgart / Sabio musique électronique off en création musicale et Ivan Bavcevic (École de la Conscience)
Production : Artemovimiento Daniela Lazary/ Cía Ana Morales /
Assistant Production : Jorge Limosnita
Management, distribution, direction de production : Daniela Lazary / artemovimiento

SPECTACLE

« SIN PERMISO »
ANA MORALES

Samedi 25 avril 2020

21H00

Théâtre Toursky

16 Pomenade Léo Ferré 13003 Marseille

RESERVATIONS

Elles se font directement par téléphone auprès du guichet du théâtre au 04 91 02 58 35

en donnant le nom de code des festivaliers: "solea olé"

Tarif : 32€ | 25€ | 13€ | 10€  |6€

Retrouver cet événement
sur FACEBOOK

ANA MORALES

 

Née à Barcelone en 1982, Ana Morales a rapidement commencé à s'intéresser à la danse. Elle a commencé sa formation au Conservatoire de sa ville natale, en danse et Flamenco ; cette dualité lui permet une polyvalence de se développer sans limites dans ses créations.

 À 16 ans, elle a déménagé à Séville, avec l’aide d’ une bourse d'études pour trois ans à compter de Compagnie Andalouse de Danse (aujourd'hui Ballet Flamenco d’ Andalousie), dirigé par José Antonio Ruiz.

Elle a terminé ses études avec des professeurs comme Rafael Campallo, Juana Amaya, Eva Yerbabuena, Isabel Bayón ou Andrés Marín. Elle fait son début avec le spectacle Puntales (CIA Antonio el Pipa) à la Bienal de Flamenco 2000. L'année suivante, en 2001, elle obtient une place dans la Compagnie Andalouse de Danse et y reste pendant quatre ans.

Elle le fait dans les suivants spectacles : Encuentros (2001), Picasso. Paisajes (2001), La leyenda (2002), Bodas de sangre (2002) et Cosas de payos (1998). Elle y est retournée en 2016 déjà changé à Ballet Flamenco d'Andalousie, quand elle faisait part de l'équipe de chorégraphes de Tierra Lorca, dirigée par Rafaela Carrasco. Elle a travaillé dans la compagnie de Javier Latorre, dans Triana, au nom de la rose (2004), également avec Javier Barón Meridiana (2007), avec Andrés Marín dans Asimetrías (2004), Kahlo Caló (2008), dirigée par Rafael Estévez ou avec Miguel Ángel Cortés, entre autres artistes. En outre, elle a participé dans le film Iberia (2005) de Carlos Saura.

Parallèlement, elle commence à concevoir ses propres productions et en 2010, elle fait son début au Festival de Jerez avec De sandalia a tacón, qui sera suivi par ReciclARTE (2012) et Mirada Lenta  (2016). Parmi les prix reçus dans sa carrière, souligner le prix Desplante du Festival International de chant de Las Minas de La Union 2009.